⚠️ 𝐆𝐄𝐒𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄𝐒 𝐃𝐄́𝐂𝐇𝐄𝐓𝐒 : 𝐍𝐎𝐔𝐕𝐄𝐀𝐔𝐓𝐄́ 𝐏𝐎𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐄𝐍𝐓𝐑𝐄𝐏𝐑𝐈𝐒𝐄𝐒 𝐃𝐔 𝐁𝐀̂𝐓𝐈𝐌𝐄𝐍𝐓 𝐄𝐓 𝐋𝐄𝐒 𝐏𝐀𝐘𝐒𝐀𝐆𝐈𝐒𝐓𝐄𝐒‼️

𝗗𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝟭𝗲𝗿 𝗷𝘂𝗶𝗹𝗹𝗲𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟭, une nouvelle mention relative aux déchets doit apparaître dans les devis des entreprises du bâtiment et des paysagistes.
Cette obligation nouvelle est issue de la Loi n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, qui a créé l’article L. 541-21-2-3 du Code de l’environnement.
➡️ Un décret a par la suite été édicté en date du 29 décembre 2020 en application de cet article.
🔎 Le but de cette règlementation est d’informer le client (maître d’ouvrage) sur la gestion des déchets de ses travaux, tant dans le devis relatif aux travaux qu’après la réalisation des travaux, par délivrance à titre gracieux d’un bordereau de dépôt de déchets.
📌 𝗤𝘂𝗶 𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝗻𝗲́ ?
Toutes les entreprises du bâtiment et les paysagistes.
📌 𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗾𝘂𝗲𝗹𝘀 𝘁𝘆𝗽𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗲𝘀𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 ?
La mention relative à la gestion des déchets doit apparaître au sein des devis :
✔️ De travaux de construction, de rénovation et de démolition de bâtiments et
✔️ De travaux de jardinage.
📌 𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗺𝗲𝗻𝘁𝗶𝗼𝗻 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗲 𝗱𝗲𝘃𝗶𝘀 ?
Les entreprises concernées par l’obligation doivent faire figurer directement dans les devis et les contrats certaines informations quant à la gestion des déchets issus du chantier. Il convient de :
✔️ Estimer la 𝗾𝘂𝗮𝗻𝘁𝗶𝘁𝗲́ 𝘁𝗼𝘁𝗮𝗹𝗲 𝗱𝗲 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 qui seront générés durant le chantier
✔️ Préciser les 𝗺𝗼𝗱𝗮𝗹𝗶𝘁𝗲́𝘀 𝗱𝗲 𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗱’𝗲𝗻𝗹𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 qui sont prévues par l’entreprise de travaux (L’effort de tri sur le chantier, ainsi que sur la nature des déchets pour lesquels une collecte spécifique est prévue.
Pour les travaux de jardinage uniquement, elles doivent évoquer le broyage des déchets sur le chantier ou toute autre moyen technique)
✔️ Faire apparaître 𝗹𝗲 𝗼𝘂 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗼𝗶𝗻𝘁(𝘀) 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲 𝘃𝗲𝗿𝘀 𝗹𝗲𝗾𝘂𝗲𝗹/𝗹𝗲𝘀𝗾𝘂𝗲𝗹𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 𝘀𝗲𝗿𝗼𝗻𝘁 𝗮𝗰𝗵𝗲𝗺𝗶𝗻𝗲́𝘀
✔️ Estimer les 𝗰𝗼𝘂̂𝘁𝘀 𝗹𝗶𝗲́𝘀 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮̀ 𝗹’𝗲𝗻𝗹𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 (incluant le temps passé au tri, au dépôt en déchetterie et le transport)
📝 En outre, l’entreprise doit compléter un 𝗯𝗼𝗿𝗱𝗲𝗿𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲́ 𝗱𝗲́𝗽𝗼̂𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 qui lui sera remis par la déchetterie ou tout autre point de collecte des déchets.
📌 𝗟𝗲 𝗯𝗼𝗿𝗱𝗲𝗿𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲 𝗱𝗲́𝗽𝗼̂𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗰𝗵𝗲𝘁𝘀 :
Ce document devra mentionner :
✔️ La date de dépôt des déchets
✔️ La raison sociale, l’adresse et, le cas échéant, le numéro SIRET ou SIREN du point de collecte des déchets
✔️ La raison sociale, l’adresse et le numéro SIRET ou SIREN de l’entreprise de travaux
✔️ La nature des déchets déposés après examen visuel
✔️ Pour chacun des déchets, la quantité déposée exprimée en volume ou en masse estimée suite à un examen visuel ou mesurée par un dispositif de pesée
✔️ Le nom ou la raison sociale, l’adresse et, le cas échéant, le numéro de SIRET ou SIREN du ou des maître(s) d’ouvrage ayant commandité les travaux
Ce bordereau est rempli et signé conjointement par le point de collecte et l’entreprise des travaux, qui devra ensuite le remettre au client (maître d’ouvrage) s’il le demande.
➡️ Un arrêté doit prochainement être adopté afin de compléter les règles fixées par le décret et créer un formulaire CERFA établissant le bordereau de dépôt des déchets et sa notice.
Enfin, tout manquement à l’obligation par l’entreprise de travaux est passible d’une amende administrative dont le montant ne peut excéder 𝟯 𝟬𝟬𝟬 € pour une personne physique et 𝟭𝟱 𝟬𝟬𝟬 € pour une personne morale.

Entrepreneurs et dirigeants, déléguez pour prendre du recul !

Le manque de temps est le premier ennemi du décideur ou du manager, du dirigeant comme du sage car il l’empêche d’optimiser ses décisions (collecter l’information, obtenir l’adhésion des membres de l’équipe, etc.) et éloigne les conditions de son bonheur terrestre (pas de bonheur sans temps pour le faire apparaître).Le rôle d’un dirigeant consiste par ailleurs à faire grandir ses équipes et ses collaborateurs.A la croisée de ces deux prémisses se trouve la délégation. Utile à soi et à l’autre, déléguer est le meilleur moyen de transformer le temps en ami, de prendre du recul et de meilleures décisions, d’être plus heureux, de valoriser et de faire grandir ses équipes.

Entrepreneurs et dirigeants, déléguez pour prendre du recul !

Conseil Taoïste – La délégation aux membres de son équipe est une des clés de la réussite de l’entreprise. Pour l’entrepreneur ou le dirigeant, c’est un moyen de gagner du temps pour prendre de la hauteur. Le manque de temps…

Financement : un crowdfunding, ça se prépare ! Les conseils d’Ayame Flowers

Fin juin, le studio de créations florales en fleurs séchées Ayame Flowers a levé en 6 semaines 5.630 euros grâce à une campagne de crowdfunding. Les conseils des deux cofondatrices, Laura Llobell et Marion Malauvé.

Une opération de crowdfunding ne s’improvise pas. Laura Llobell et Marion Malauvé, les deux fondatrices d’Ayame Flowers, studio parisien de créations florales en fleurs séchées en ligne, s’y sont préparées bien avant le lancement de leur campagne de financement participatif le 30 avril dernier.

Quinze jours plus tard, elles avaient déjà atteint leur objectif de 5.000 euros, pour finalement boucler à 5.630 euros. Leurs conseils.

 

#1. Mobiliser sa communauté

« Nous avons mobilisé notre communauté par cercles concentriques de plus en plus larges », explique Laura Llobell. Deux mois avant le début de la campagne, les cofondatrices ont contacté leurs amis et leurs familles.

RETOUR D’EXPERIENCE – Les cofondatrices de Bini ont explosé les compteurs sur Ulule

Elles ont aussi créé les comptes Instagram et Facebook de la e-boutique, qui leur ont servi à diffuser un questionnaire pour leur étude de marché. Elles ont ainsi récolté 270 adresses mail supplémentaires. Ce premier cercle a représenté une cinquantaine de dons.

« Le taux de conversion se situe en moyenne entre 1 et 20 % donc il faut toujours partir avec une cible potentielle bien plus large », conseillent les créatrices. Trois jours après le lancement de la campagne, elles ont sollicité les amis d’amis ou leurs followers des réseaux sociaux. Ce cercle n° 2 a constitué une cinquantaine de nouveaux contributeurs.

#2. Se former

Les deux entrepreneuses ont suivi le programme Entrepreneurs Leaders du réseau d’accompagnement et d’aide à la création d’entreprise BGE. « Ulule, la plateforme que nous avons choisie, propose de nombreuses documentations et webinaires en amont. Nous nous sommes ainsi formées à l’optimisation des vidéos », témoigne Marion Malauvé.

BONNES PRATIQUES – Popee se taille un premier succès avec Ulule

Pendant toute la durée de la campagne, un coach Ulule a aussi été mis à leur disposition par mail ou en visioconférence. « Tous les trois jours, nous avions son retour sur ce qu’il fallait améliorer ou compléter, comme les visuels, les prix préférentiels pour les donateurs ou les contreparties. »

#3. Fixer un objectif réaliste

« Notre montant objectif de 5.000 euros a été défini lors d’un webinaire de la plateforme. En moyenne, la contribution sur Ulule est de 50 euros par donateur pour des collectes d’environ 4.500 euros. De notre côté, une centaine de contributeurs nous paraissait un chiffre réaliste d’où notre objectif qui nous permettait de financer notre premier stock de fleurs séchées et de contenants », détaille Marion Malauvé.

Les créatrices conseillent de définir un objectif bas plutôt qu’élevé car la plateforme fonctionne sur le principe du tout ou rien. Si l’objectif n’est pas totalement atteint, les contributeurs sont remboursés. Et en cas de succès avant la date de clôture de la campagne, un nouveau palier à 150 % peut toujours être fixé pour la fin de l’opération.

#4. Dynamiser sa communication

« La page et le design du projet sur la plateforme doivent être attrayants pour donner une bonne impression. Le site nous a aidées en nous présentant des exemples inspirants de projets similaires au nôtre », explique Laura Llobell.

Au cours de la campagne, les créatrices ont communiqué au moins deux fois par semaine par mails, posts ou stories sur les réseaux sociaux, et partager leurs péripéties pour tenter de capter de nouveaux donateurs.

BILAN – Financement participatif : plus d’un milliard d’euros de collecte en 2020

Ayame Flowers a aussi pratiqué l’échange de visibilité avec d’autres start-up qui partageaient leurs valeurs, en organisant des jeux-concours pour gagner leurs produits.

#5. Veiller au tempo

« Une campagne de crowdfunding demande beaucoup de travail donc il faut la tenir sur une durée de 30 à 45 jours au maximum », indique Laura Llobell.

La levée de fonds fonctionne généralement en U avec un côté engouement au début, suivi d’une période plus calme, puis certains donateurs vont se réveiller cinq jours avant la fin de l’opération. « C’est à ce moment-là qu’il faut avertir de l’approche de la clôture. »

Leur dernier conseil, « il vaut mieux lancer sa campagne en début de semaine, un lundi ou un mercredi par exemple, car ce sont statistiquement les jours où il y a le plus de donations. »

En tout, 113 contributeurs ont participé à la campagne d’Ayame Flowers. L’entreprise propose également ses créations auprès de bars, restaurants, wedding planner ou agences de communication.

Rappel : l’obligation des doggy bags est en vigueur depuis le 1er juillet

Depuis le 1er juillet 2021, les restaurants et débits de boissons à consommer sur place sont tenus de fournir à leurs clients qui en font la demande des contenants réutilisables ou recyclables pour qu’ils puissent emporter le reste de leur repas. Cette pratique, plus connue sous le nom de « doggy bag » entre dans le cadre du Code de la consommation. Alors quelle est la réglementation qui s’applique ? Explications

https://www.lemondedesartisans.fr/actualites/rappel-lobligation-des-doggy-bags-est-en-vigueur-depuis-le-1er-juillet?fbclid=IwAR0255omKsSY8mfMKVJ1wcrLCrFOP44H1jLhHUNAHP3nLz-yaVYieg8vUFw

 

Ces petits changements qui vont impacter votre vie quotidienne…

Prix du timbre, tickets restaurants, nouvelle carte d’identité, plafond de la Sécurité sociale… Etes-vous au point sur les dernières mesures mises en place ou en passe de l’être ? Nous vous aidons à faire le point

Nouvelle carte d’identité électronique 

Finie la Carte nationale d’identité (CNI) format A7 plastifiée qui datait de 1987 ! Depuis le 2 août 2021, elle est remplacée par une CNI électronique format « carte de crédit » à la faveur de la réglementation européenne.

→ La première demande ou le renouvellement reste gratuit. En revanche le renouvellement pour cause de vol ou de perte sera facturé 25€.

Plafond de la Sécurité sociale

Le plafond mensuel de la Sécurité sociale pour l’année 2021 reste fixé à 3.428€, comme l’année passée. Le plafond annuel est de 41.136€.

→ Crise sanitaire oblige, un décret, publié le 29 juillet 2021 précise les modalités à appliquer en cas de reconduction de la valeur du plafond de la Sécurité sociale d’une année sur l’autre.

Tickets restaurant 

Le 1er septembre prochain, le plafond des titres restaurants repasse à 19€ par jour. Pour soutenir l’économie en période de crise, Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, avait porté le plafond à 38€.

Il avait également prolongé la validité des titres restaurants 2020 jusqu’au 31 aout 2021.

Hausse du prix du timbre

→ Dès 2022, le prix du timbre augmentera lui aussi. Le vert passera à 1,16€, contre 1,08€ actuellement (+ 7,4%).

→ Les timbres rouges (lettre prioritaire) couteront 1,43€, au lieu de 1,28€ actuellement (+11%).

Passe sanitaire 

Jusqu’au 15 novembre 2021, artisans et commerçants travailleront sous le régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire prolongé par une loi du 6 août 2021.

Durant cette période, le Gouvernement peut prendre des mesures visant à limiter les déplacements et l’accès à certains établissements.

MaPrimeRénov’, APL, HLM : les chantiers menés à bien par Macron en matière de logement

Si la promesse du candidat Emmanuel Macron de créer « un choc d’offre » de logements n’a pas été tenue, d’autres chantiers ont été menés à bien en matière d’habitat, indique l’Institut Montaigne dans une note sur le quinquennat du président. Tour d’horizon.

MaPrimeRénov’, APL, HLM : les chantiers menés à bien par Macron en matière de logement

Si la promesse du candidat Emmanuel Macron de créer  » un choc d’offre  » de logements n’a pas été tenue, d’autres chantiers ont été menés à bien en matière d’habitat, indique l’Institut Montaigne dans une note sur le quinquennat du président. Tour d’horizon.

 

MonIdenum : L’identité numérique reconnue pour accéder à vos services en ligne

MonIdenum est un service d’authentification gratuit et sécurisé qui permet à toute personne ayant activé son identité numérique de s’authentifier sur les services digitaux partenaires.
Pour le dirigeant d’entreprise, le service opère un rapprochement avec le registre du commerce et des sociétés, lui permettant d’agir en son nom en toute sécurité.
MonIdenum est le service d’authentification des justiciables utilisé par le Tribunal Digital et il est juridiquement opposable.

Activer MonIdenum en quelques clicsDémarrer
 
https://monidenum.fr/
 
 

Les notaires se mettent en ligne pour créer votre entreprise

a création de l’entreprise ne s’arrête pas à la rédaction des statuts et la signature de l’acte. Le notaire doit ensuite déposer les documents au greffe du tribunal de l’entreprise, puis le créateur doit passer par un guichet d’entreprise. Celui-ci l’aidera à obtenir son numéro d’entreprise auprès de la Banque-Carrefour et à remplir une série de formalités. Ce qui fait dire à Thierry Evens qu' »il ne s’agit pas d’une solution miracle, où l’on créerait son entreprise en trois clics ». Mais bien d’une intéressante avancée sur la voie de la simplification.

Les notaires se mettent en ligne pour créer votre entreprise

Vue en plein écran L’Europe, le gouvernement fédéral, puis les notaires belges ont permis le lancement d’une plateforme en ligne facilitant la création de société. Créer son entreprise devient un peu plus rapide depuis ce 1er août.

 

Tout savoir sur les centres de formalités des entreprises (CFE)

Par Bercy Infos, le 09/06/2021 – Formalités administratives

Vous êtes en train de créer votre entreprise ? Vous devez vous faire connaître de l’administration et des différents organismes avec lesquels vous serez bientôt en contact au quotidien. Pour cela, une solution : déclarer et immatriculer votre nouvelle activité. Voici comment faire pour réaliser vos démarches auprès de votre centre de formalités des entreprises (CFE).

À savoir : création d’un guichet unique de 2021 à 2023

Actuellement les créateurs d’entreprises doivent s’adresser à l’un des 7 réseaux de CFE (voir le détail ci-dessous), ce choix étant déterminé par la nature de la future activité professionnelle, la forme juridique de l’entreprise et le lieu d’installation. Afin de simplifier les démarches, la loi pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) de 2019, a prévu de substituer à ces différents réseaux de CFE un guichet unique électronique qui sera la seule interface pour les formalités d’entreprise quelles que soient leur activité et leur structure juridique.

La transition progressive vers cette unique plateforme s’opèrera de 2021 à 2023 pour permettre aux différents organismes gestionnaires de CFE de s’adapter à ce nouveau dispositif. Le fonctionnement de ce guichet unique a été confié à l’Inpi.

L’ ouverture du guichet unique est prévue avec un calendrier de mise en œuvre progressif :

  • Depuis le 1er avril 2021 : le guichet unique offre la possibilité à certains mandataires de déposer des formalités pour leurs clients. Il s’agit d’une phase préparatoire de mise en route.
  • À partir de juillet 2021 : le guichet unique sera ouvert à tous les mandataires.
  • À partir de début 2022 : le guichet unique sera généralisé à toutes les entreprises.
  • À partir du 1er janvier 2023 : le guichet unique remplacera complètement et définitivement l’ancien système. Toutes les entreprises devront obligatoirement réaliser leurs formalités au démarrage de leur activité, auprès de l’Inpi via guichet-entreprises.fr

Pendant cette période de transition, les entreprises peuvent continuer à réaliser leurs démarches directement auprès du CFE dont elles dépendent. Notez également que les entreprises pourront continuer à déposer physiquement leurs dossiers auprès des CFE actuels jusqu’au 31 décembre 2022.

Quel est le rôle du Centre de formalités des entreprises ?

Les centres de formalités des entreprises sont des guichets permettant aux entreprises de souscrire en un même lieu à l’ensemble des formalités nécessaires au démarrage de leur activité.

Au terme de vos démarches auprès de votre CFE, vous obtiendrez : 

Lire aussi : SIREN, SIRET, APE… tout savoir sur les numéros d’identification des entreprises

Comment est déterminé le CFE dont vous dépendez ?

Votre CFE dépend de la nature de votre activité (commerciale, artisanale, agricole ou libérale), du statut juridique et du lieu retenu pour l’exercice de cette activité. Chaque CFE est compétent à l’égard des entreprises de son ressort.

Il existe aujourd’hui 7 réseaux de CFE gérés par les Chambres de commerce et d’industrie (CCI), les chambres des métiers et de l’artisanat (CMA), les Greffes des tribunaux de commerce, la Chambre nationale de la batellerie artisanale (CNBA), les URSSAF, les Chambres d’artisanat (CA) et dans certains cas par les services des impôts des entreprises (SIE).

À noter

Vous pouvez cependant effectuer toutes vos démarches en ligne directement sur guichet-entreprises.fr, qui les transmettra au CFE compétent. Les entrepreneurs individuels exerçant sous le régime de la micro-entreprise peuvent également déclarer leur activité sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr.

Comme mentionné ci-dessus, à partir du 1er janvier 2023, le guichet-entreprises.fr deviendra le guichet unique dématérialisé auprès duquel toutes les entreprises devront obligatoirement s’adresser.

Lire aussi : Guichet entreprises, le site pour créer son entreprise en ligne | Comprendre en 5 questions comment créer son entreprise

Trouvez votre CFE selon votre activité

À quel CFE s’adresser ?
Votre activité professionnelle Votre CFE
Entrepreneur individuel ou société (EURLSARLSA – SASSNC) exerçant une activité commerciale

Chambre de commerce et d’industrie (CCI)

* les démarches peuvent être réalisées en ligne via infogreffe.fr ou guichet-entreprises.fr

Entrepreneur individuel ou société exerçant une activité artisanale Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) ou sur internet : CFEMétiers ou guichet-entreprises.fr
Entreprises de transport de marchandises par voie d’eau ou société coopérative fluviale Chambre de la batellerie artisanale
Entrepreneur individuel ou société exerçant des activités agricoles à titre principal Chambre d’agriculture ou sur internet : guichet-entreprises.fr
  • Entrepreneur individuel exerçant une profession libérale
  • Artiste auteur
Urssaf ou sur Internet : CFEUrssaf ou guichet-entreprises.fr
  • Agent commercial (personne physique)
  • Société civile (SCI, SCM, SCP, etc.)
  • Société d’exercice libéral (SELARL, SELAFA, SELCA)
  • Société en participation
  • Établissement public et industriel (EPIC)
  • Groupement d’intérêt économique (GIE)
  • Association assujettie aux impôts commerciaux
  • Loueur en meublé
Greffe du tribunal de commerce ou sur Internet greffes-formalites.fr

Les commerçants-artisans et les artisans qui créent une entreprise commerciale doivent être inscrits à la fois au Registre du commerce et des sociétés (RCS) et au Répertoire des métiers (RM). Si vous êtes dans ce cas, vous devez adresser votre déclaration au CFE de la chambre de métiers et de l’artisanat dont vous dépendez.

Enfin les professionnels libéraux créant une société commerciale doivent procéder à l’immatriculation de leur société par le biais du CFE de la CCI et non auprès du CFE tenu par l’Urssaf (cas de l’entrepreneur individuel membre d’une profession libérale).

Le CFE doit-il être sollicité uniquement au moment de la création d’entreprise ?

Non, comme le rapporte bpifrance-creation.fr, le CFE peut être sollicité à d’autres moments de la vie d’une entreprise, notamment :

  • Lors de l’ouverture d’un nouvel établissement.
  • En cas de modifications concernant l’exploitant individuel (changement de nom, d’adresse, etc.) ou la personne morale (modification de la dénomination, de l’enseigne, de la forme juridique, du capital, de l’objet, de la durée, etc.).
  • En cas de changement de dirigeants, de gérants, d’associés, etc.
  • En cas d’option pour le régime de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée.
  • En cas d’option du conjoint qui participe à l’activité pour le statut de conjoint collaborateurassocié ou salarié.
  • En cas de modifications relatives à l’activité (extension, mise en location-gérance, reprise, etc.).
  • Lors du transfert de l’établissement principal et du siège social.
  • Lors de la fermeture d’un établissement.
  • En cas de cessation totale d’activité pour radiation des registres, de mise en sommeil, de décès ou de dissolution de la personne morale.

Tout savoir sur les centres de formalités des entreprises (CFE)

Vous êtes en train de créer votre entreprise ? Vous devez vous faire connaître de l’administration et des différents organismes avec lesquels vous serez bientôt en contact au quotidien. Pour cela, une solution : déclarer et immatriculer votre nouvelle activité. Voici comment faire pour réaliser vos démarches auprès de votre centre de formalités des entreprises (CFE).

Jamais de vacances, et si cela changeai !

 
☀️🤔 « Je ne prends pratiquement jamais de vacances, et si cela changeait ? »
La plupart des entrepreneurs ont du mal à partir en vacances et lorsque c’est le cas, continuent de travailler …
Il serait temps de consacrer plus d’énergie à votre famille et moins à votre business sans que cela ne nuise à sa réussite 😉
Votre conseiller est là pour vous aider à vous poser les bonnes questions :
Pourquoi êtes-vous débordé ? Avez-vous un problème d’organisation ? Pourriez-vous plus déléguer ? Y’a-t-il des déséquilibres ? etc.
Je vous accompagne et vous permet de gagner en qualité de vie. N’hésitez pas à me contacter.mail : beaujard@rivalis.fr ou 06 08 26 56 74 
#rivalis