Micro-entreprise : que se passe-t-il quand on dépasse le seuil de chiffre d’affaires ?

Sont éligibles au régime de la micro-entreprise (anciennement «auto-entreprise»), les entreprises individuelles dont le chiffre d’affaires hors taxes n’excède pas un plafond variant selon le secteur d’activité. Que faire quand on dépasse ces seuils ?

Micro-entreprise : le montant du chiffre d’affaires maximal

Depuis le 1er janvier 2020, les seuils de chiffre d’affaires applicables au régime micro-entrepreneur ont été revalorisés. En tant que micro-entrepreneur, votre chiffre d’affaires hors taxes ne doit pas excéder :

  • 176 200 € de CAHT annuel pour les BIC (commerce et fournitures de logement)
  • 72 600 € de CAHT annuel pour les BNC (prestations de service et professions libérales).

Lire aussi : Tout savoir sur la micro-entreprise

Micro-entreprise : le dépassement des seuils de chiffre d’affaires

À compter de l’imposition des revenus de l’année 2020, si vous dépassez pour la première fois le seuil de chiffre d’affaires, soit 176 200 € HT, sur une année civile (N), le régime de la micro-entreprise (micro-BIC) continue de s’appliquer l’année civile suivante (N+1). En cas de dépassement du seuil du régime micro-BIC sur deux années civiles consécutives (N et N+1),  vous ne pouvez plus bénéficier de ce régime d’imposition à compter du 1er janvier de l’année qui suit les deux années de dépassement, soit à partir du 1er janvier N+2. Vous devrez alors déclarer votre activité selon un régime réel d’imposition.

Année de création

L’année de création d’une activité (N), le régime micro-BIC s’applique de plein droit. L’année suivante (N+1), pour connaître le régime d’imposition applicable, on apprécie le dépassement du seuil par rapport au chiffre d’affaires de l’année de création (N), annualisé, pour tenir compte du nombre effectif de jours d’exploitation de l’entreprise ou d’exercice de l’activité.

Ainsi, pour une création le 1er avril, on calcule le nombre de jours de l’entreprise du 1er avril au 31 décembre soit 275 jours. Afin d’obtenir son chiffre d’affaires annualisé, le contribuable doit diviser son chiffre d’affaires par le nombre de jours effectifs de son activité (275) et le multiplier par le nombre de jours dans l’année (365).

La formule est donc : chiffre d’affaires annualisé =  chiffre d’affaires effectivement réalisé depuis le 1er avril x 365/275.

Cas pratiques

  • Cas 1 : un contribuable qui crée son activité le 1er avril de l’année N et qui exerce une activité de vente relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) :

– Lors de l’année de création (N), le contribuable réalise un chiffre d’affaires de 120 000 € HT.

Le régime micro-BIC est applicable en N car le chiffre d’affaires réalisé l’année civile précédente (N-1) est nul.

– Lors de la deuxième année d’activité (N+1), il réalise un chiffre d’affaires de 180 000 € HT.

Le régime micro-BIC est applicable en N+1 car le chiffre d’affaires réalisé l’année de création (N) proratisé par rapport au nombre de jours d’activité, soit 159 273 € de chiffre d’affaires HT (120 000 € x 365/275), ne dépasse pas le seuil d’imposition du régime micro-BIC (176 200 € HT).

– Lors de la troisième année d’activité (N+2), il réalise un chiffre d’affaires de 100 000 € HT.

Pour que le contribuable puisse continuer à bénéficier du régime micro-BIC, il ne faut pas que les chiffres d’affaires réalisés les deux années civiles précédentes, soit en N et N+1, aient dépassé le seuil d’imposition du régime micro-BIC (soit 176 200 € HT). En l’occurrence, le seuil a été respecté en N (avec 159 273 € HT de chiffre d’affaires proratisé) mais a été dépassé en N+1 (avec 180 000 € de chiffre d’affaires HT). Toutefois, le régime micro-BIC reste applicable en N+2 car le contribuable n’a pas dépassé les seuils limites de chiffre d’affaires sur les deux années civiles précédentes.

  • Cas 2 : un contribuable qui crée son activité le 1er avril de l’année N et qui exerce une activité de vente relevant des BIC :

– Lors de l’année de création (N), le contribuable réalise un chiffre d’affaires de 140 000 € HT

Le régime micro-BIC est applicable en N car le chiffre d’affaires réalisé l’année civile précédente (N-1) est nul.

– Lors de la deuxième année d’activité (N+1), il réalise un chiffre d’affaires de 180 000 € HT.

Le régime micro-BIC est applicable en N+1 car le contribuable n’a pas dépassé le seuil d’imposition du régime micro-BIC (176 200 € HT) sur les deux années civiles précédentes. En effet, le seuil d’imposition a certes été dépassé l’année de création (N), avec un chiffre d’affaires proratisé par rapport au nombre de jours d’activité de 185 818 € HT (140 000 € x 365/275) mais il a été respecté en (N-1) avec un chiffre d’affaire nul.

– Lors de la troisième année d’activité (N+2), il réalise un chiffre d’affaires de 100 000 € HT.

Le régime micro-BIC n’est pas applicable en N+2 car le contribuable a dépassé le seuil d’imposition du régime micro-BIC (176 200 € HT) sur les deux années civiles précédentes : en N, avec un chiffre d’affaires proratisé de 185 818 € HT, et en N+1, avec un chiffre d’affaires de 180 000 € HT.

Lire aussi : Micro-entrepreneurs : comment déclarer vos revenus ?

Conséquences de la sortie du régime de la micro-entreprise

Lorsque vous sortez du régime de la micro-entreprise, il n’est plus possible d’opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Les versements déjà effectués seront déduits l’année suivante lors du paiement de l’impôt sur le revenu. Selon sa situation, l’entrepreneur individuel devient imposable au régime réel simplifié ou au régime réel normal pour les BIC ou au régime de la déclaration contrôlée pour les BNC.

Les cotisations sociales de l’entrepreneur seront calculées à partir du 1er janvier suivant.

Lire aussi : Micro-entreprise : comment fonctionne le versement libératoire de l’impôt sur le revenu ?

Publié par

Patrick Beaujard

Artisans, commerçants, profession libérale : MPB Conseils est un partenaire dans la vie de la petite entreprise, nous sommes là pour accompagner les dirigeants, les conseiller et trouver les solutions pour votre entreprise, et cela en temps réel. Avec une Méthode développée depuis 24 ans par le groupe RIVALIS,soit un outil plus un homme, nous accompagnons, depuis + de 10 ans, tous les patrons de TPE qui souhaitent améliorer leur rentabilité, réaliser un projet personnel ou professionnel. Bien entendu nous sommes à la disposition des créateurs d'entreprise pour les aider à réaliser leurs business plan. Enfin si l'entreprise rencontre des problème n'attendez pas qu'il soit trop tard, nous avons les solutions pour redresser la situation avec Rivalis en région Rhône Alpes Auvergne & pour notre part dans l'Ain & l'Isère Contactez nous sans hésiter ! De plus vous pouvez gratuitement ouvrir un compte Henrri logiciel devis facture en ligne Ci dessous lien à suivre pour poser vos questions , ouvrir un compte et tester… Pour vous servir… https://henrri.vip/Beaujard N’hésitez pas à partager à vos connaissances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *